Auteur
Eva Scuiller
 

Date de publication

21 avril 2017

Partage:

 

Les internautes utilisent désormais leur smartphone comme leur ordinateur.

La lecture des sites web sur mobile, les PME doivent combler leur retard

Inconnu il y a dix ans, indispensable aujourd’hui

En janvier 2007, Steve Jobs présentait le premier Iphone, le téléphone si intelligent qu’il allait bouleverser le monde de la téléphonie mobile. En 2008, le smartphone est démocratisé avec la sortie d’Androïd OS.

De 2008 à 2011, on a recensé plus de 4,4 millions de nouveaux utilisateurs. 60% des Français de plus de 10 ans seraient aujourd’hui équipés d’un smartphone, soit 32,6 millions de personnes.

Plus de la moitié serait même dépendant à son téléphone. Une dépendance à laquelle on a donné un nom : la nomophobie (No Mobile phobie). En 2012, 66% des utilisateurs se déclaraient angoissés sans leur téléphone et jusqu’à 77% pour les 18-24 ans !

 

Le trafic mobile en plein essor

Pour les possesseurs de téléphone mobile, c’est la règle de l’ATAWAD qui règne : Any Time, Any Where, Any Device (N’importe quand, n’importe où, n’importe quel appareil). Le trafic mobile est en plein essor. Il a augmenté de 30% entre 2015 et 2016. Selon Ericsson, les smartphones représentaient 55% des connections actives en 2016, contre 46% en 2015.

Mais le smartphone n’a pas évincé les autres écrans que sont la télévision ou l’ordinateur. On est passé à un usage multi-écrans. Les appareils sont utilisés en parallèle. On regarde une émission et on la tweet en même temps par exemple. Ou les appareils sont utilisés à la suite pour terminer une tâche. Je me renseigne sur un produit sur mon téléphone, puis je le commande à la maison sur mon ordinateur. Le site mobile apporte souvent des informations complémentaires au site initial.

Qu’est-ce qu’on privilégie sur un smartphone ? En février 2017, 99,5% des utilisateurs de mobile ont utilisé une application au moins une fois et 95% un site mobile. Les réseaux sociaux arrivent en tête, suivis par les vidéos, les actualités et les informations pratiques (transports, météo…).

 

Comment réagir en tant que PME ?

Si le visiteur va sur un site via son mobile et rencontre des blocages, il gardera un mauvais souvenir de son expérience et il risque de l’associer à la marque. Voici quelques exemples de blocages : une publicité qui ne se ferme pas, une information inaccessible, un site trop lourd long à charger, un numéro de téléphone sur lequel on ne peut pas cliquer pour appeler directement ou encore une page que l’on ne voit pas en entier.

En tant que PME, il est utile d’être « mobile friendly » (un site qui s’adapte aux smartphones avec une navigation optimisée et un affichage optimal). En effet, Google pénalise les sites qui ne le sont pas, en les référençant moins bien. Dans les prochains mois Google prévoit de créer l’index Mobile First. Cet index servira à positionner les sites selon la qualité de la version mobile du site. Le contenu mobile passera donc avant le contenu pour le desktop.

Pour connaitre l’affichage de votre site sur mobile, vous pouvez utiliser cet outil.

Trois solutions majeures existent pour penser son site mobile :

 – le site responsive : c’est la solution la plus répandue. Le site s’adapte en fonction de la taille de l’écran : tablettes, smartphone, desktop… 

– le site mobile : c’est un site conçu spécialement pour les mobiles. Il vous permet de mettre en avant ou de retirer certaines fonctions de votre site pour que l’utilisation soit parfaitement adaptée au support. C’est idéal pour les petits écrans, mais il faut veiller à être raccord entre le contenu du site desktop et du site mobile.

– l’application mobile : le visiteur est invité à télécharger une application sur son smartphone. C’est une solution souvent plus ergonomique. Ce n’est pas nécessairement la meilleure. Les mises à jour par exemple sont contraignantes. Il faut que le visiteur voit une utilité à télécharger l’application plutôt qu’à aller sur un site.

Les contenus sont aussi importants. Sur un smartphone nous naviguons sur les sites web d’une manière différente et pour répondre à des objectifs différents. Le contenu recherché est souvent informatifs ou ludiques, la lecture sur mobile doit donc être adapté à la façon dont on va la consommer.

Dans tous les cas avant de penser l’adaptation de son site pour le mobile il faut toujours bien identifier les objectifs auxquels il devra répondre.

 

 

Sources :
Médiamétrie TSM / MCI – Mobile Consumer Insight 2011 – T2 2008-2011
Médiamétrie – Téléphonie et service mobile – T4 2015
Médiamétrie – Audience Internet Mobile – Février 2017 – Base : 11 ans et plus
Médiamétrie – Media In Life – Base Lundi-Dimanche cumul 2014, 05h-24h – Ensemble 13 ans et plus
We are social 2017